Au cas où par extraordinaire vous en douteriez, malgré la crise sanitaire les équipes du Syndicat des Sylviculteurs du Sud-Ouest restent mobilisées et répondent à vos questions.

Quoi de plus naturel de la part de représentants d’une filière que notre préfète de Région Fabienne BUCCIO a qualifié la première« de celles qui sont indispensables à la continuité de la vie de la Nation au sens de l’article 1 de l’arrêté du ministre de la santé du 13 mars 2020 » ?

Car même si le ministre de !’Agriculture, Didier Guillaume a lui aussi écrit le 27 mars que« la filière forêt bois fait partie intégrante de la chaîne logistique alimentaire et industrie/le, et est à ce titre un maillon important pour assurer la continuité de la vie économique de notre pays, (qu’elle) fournit également des articles indispensables à la santé publique et contribue à la lutte contre la propagation du virus », bon nombre de questions se posent sur l’exercice de notre activité professionnelle.

Ce flash-info a pour vocation de vous apporter certaines informations et réponses.

 

1. SYLVICULTURE ET CONFINEMENT

La sylviculture étant une activité professionnelle, il est tout à fait légitime que vous l’exerciez sur vos parcelles (il est évident que sylviculture et télétravail ne font pas bon ménage!!!!). Reste juste, en cas de contrôle de la police ou gendarmerie, à apporter la preuve de votre activité et du caractère “non reportable” des travaux.
Pour ce faire, en plus de l’attestation en vigueur, munissez-vous de tous les moyens de preuve que vous jugerez nécessaires (contrat de vente bord de route, photos de chablis, déclaration de dégâts …)